Concert
mercredi 07 avril - 20h30
Grand Théâtre de Provence

Maria João Pires

Schubert, Debussy, Beethoven
Felix Broede
Felix Broede

Maria João Pires, piano


Franz Schubert (1797-1828)
Sonate pour piano n° 13 en la majeur, D. 664

Claude Debussy (1862-1918)
Suite bergamasque
Préludes (extraits)

Ludwig van Beethoven (1770-1827)
Sonate pour piano n° 32 en ut mineur, op. 111

Partager :

Une véritable orfèvre du clavier.

Maria João Pires incarne la plus haute élégance de l’art. En véritable orfèvre du clavier, elle adopte un jeu limpide, coloré, exigeant face à la partition, qui l’a hissée au firmament des pianistes d’aujourd’hui. De plus en plus rare sur scène, elle a choisi d’ouvrir le concert avec la Sonate n° 13 de Schubert. C’est l’une des plus populaires, des plus spontanées et des plus heureuses du compositeur, alors âgé d’une vingtaine d’années.

De Debussy, Maria João Pires sélectionne la Suite bergamasque, à nouveau une œuvre juvénile, qui dévoile des textures ouatées, des aigus scintillants et mordorés. Une autre gravité imprègne la Sonate opus 111 de Beethoven, véritable « adieu à la sonate » selon Thomas Mann, où le musicien, totalement rongé par la surdité, invente un univers sonore inouï d’où jaillissent des forces telluriques. Un récital où la ferveur s’allie à la spontanéité.

00:00